Non je ne suis pas une grenouille de bénitié mais je considère qu'il est important pour sa culture générale de connaître, l'origine de telle ou telle fête. Comme avant-hier c'était la vendredi saint et que "le restauroute des Pignous " était ouvert, j'ai décidé de faire des recherches sur ce jour.
Voici donc ce que j'ai trouvé chez Wikipédia, qui est un véritable dictionnaire sur la toile.

Le vendredi Saint est célébré par les chrétiens le vendredi précédant le dimanche de Pâques. C'est à dire les vendredis 14 avril en 2006, 6 avril en 2007 et 21 mars en 2008.

C'est la commémoration de la crucifixion de Jésus-Christ. Des offices additionnels sont tenus ce jour avec des lectures du Nouveau Testament à propos des événements amenant à la crucifixion.

Ce jour est férié dans plusieurs pays, par exemple en Allemagne, au Canada, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni, en Suisse, dans les cantons protestants.

En France, le Vendredi saint est également férié dans les trois départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (par suite du rattachement à l'Empire allemand, de 1871 à 1919, qui a laissé en vigueur le Concordat de 1801, qui n'a pas non plus été abrogé après le retour à la France).

« Accord du Vendredi Saint » (good friday agreement) est aussi le nom le plus courant des accords du 10 avril 1998 entre les gouvernements irlandais et britannique qui ont ouvert la voie à un processus de paix impliquant tous les acteurs du conflit nord-irlandais.

L'Église préconise de jeûner le Vendredi Saint, et à tout le moins de manger maigre (pas de viande en particulier), ce qui est pratiqué par de nombreuses personnes d'origine catholique, même non pratiquantes.

La prière Oremus pour les Juifs lors de la liturgie du vendredi saint comportait une mention offensante pour les Juifs, dont on considère qu'elle était à l'origine de l'antijudaïsme et de l'antisémitisme. Cette mention a été supprimée par Jean XXIII en 1959, et le concile Vatican II a clarifié la position de l'Église sur les relations avec le judaïsme dans la déclaration Nostra Ætate (1965).

 

Article détaillé : Oremus et pro perfidis judaeis.

Coutumes orthodoxes grecques  [modifier]

Les litturgies orthodoxes n'ont pas connu le Conseil de Trente et ont lieu jour et nuit pendant la Semaine Sainte. Il n'y a pas d'heures fixes et la durée, elle non plus, n'est pas standard. Comme pour la religion catholique romaine, on sort l'Épitaphe avec le corps du Christ de l'Église, mais l'emphase est beaucoup plus grande. Il s'agit d'une réelle procession aux flambeaux qui déambule dans tout le quartier dont dépend l'Église. Les maisons du voisinage ont leurs lumières allumées et les habitants répandent de l'encens. Lorsque la procession se termine, le corps du Christ est placé sous un dais dans la cour de l'Église. Le Vendredi Saint est également une fête des morts. Beaucoup de personnes se comportent comme au jour de la Toussaint. Le corps du Christ retournera à l'Église au moment de la première résurrection ("proti anastasi") comme pour les catholiques.

Autres coutumes  [modifier]

Au Canada, le Vendredi Saint marque également l'anniversaire d'une bagarre sportive célèbre connue sous le nom de bagarre du Vendredi Saint. Le 20 avril 1984, à l'ancien forum de Montréal, il y avait un match entre les Canadiens de Montréal et les Nordiques de Québec (équipe de hockey qui n'existe plus aujourd'hui). C'était le sixième match d'une série éliminatoire dans la division Adams et les Nordiques faisaient face à l'élimination. L'hostilité entre les deux équipes était à son comble et le match ne s'est pas terminé, plusieurs bagarres s'étant déroulées durant la première période et le match ne pouvait pas continuer à la deuxième période durant laquelle les arbitres étaient attaqués par les joueurs.

Maintenant passons aux réjouissances,( c'est au dessus)